Candidats.fr sur Quimper Communauté

Bonjour

Je me propose de relayer l’initiative de l’APRIL Candidats.fr sur la Communauté de Quimper, visant à encourager les candidats aux élections municipales à signer Le Pacte du Logiciel Libre comme j’ai pu le faire pour les élections législatives avec un succès mitigé. Voir à l’adresse ci-dessous
http://www.candidats.fr/legislatives2007/?action=liste_candidats&circonscription=121

Je pense qu’une conférence de presse améliorerait cette démarche mais la presse ne se déplace que s’il s’agit soit d’une association ou d’un collectif. Je recherche donc des personnes pour créer un “collectif éphémère de promotion et de défense du logiciel libre sur la Communauté de Quimper”

Les communes concernées seraient : Ergué-Gabéric, Guengat, Plogonnec, Plomelin, Plonéis, Pluguffan et Quimper

Pour plus de renseignements sur l’initiative de Candidats.fr voir à l’adresse ci-dessous
http://candidats.fr/index.php/2008/02/02/87-municipales-et-cantonales-2008-logiciel-libre-et-standards-ouverts-dans-les-collectivites

Merci d’avance de vos réponses

Je suis bien évidemment partant !.. maintenant, il faudrait pas se limiter à nous deux si on veut en faire un “collectif” ! ;c) mais tu peux compter sur moi, même si ma présence aux élections municipales rend ma position périlleuse.

salut

suite à ton message, je veux bien y participer.

Toutefois un bémol, ma participation sera… comment dire, soutenue mais difficile. Comme vous avez pu le constater, je ne suis pas souvent venu aux last lundi, faut de temps. En effet, j’ai famille, boulot, sport… bref, une vie bien remplie.

Cela dit le projet m’interesse et j’ai envie ( je sais pas pourquoi ) de m’interesser à la vie politique de cette ville ( meme si je dois bientot demenager à Pluguffan ), donc il faudra simplement me dire ou je signe :smiley: et vventuellement ce que je dois faire …

Par rapport à mon boulot, pas de soucis, notre entreprise soutiens le libre, en tout cas les initiatives ( nous sommes partenaires Silver Novell ).

Faut il que je laisse une adresse, numéro de tel, adresse email complémentaire ?

Pour l’instant ma proposition est ponctuelle. Il s’agit de constituer un collectif éphémère et informel de promotion et de défense du logiciel libre sur la Communauté de Quimper qui se fixe comme travail la liste ci-dessous :

  • recenser les listes candidates aux municipales pour trouver leur email de préférence ou leur adresse postale
  • leur envoyer pour signature le Pacte du Logiciel Libre
  • trouver un beau parleur
  • préparer un texte explicatif de 10 lignes max à remettre aux journalistes
  • trouver le lieu de la conférence (Bastringue par exemple)
  • contacter la presse (Ouest-France, Le Télégramme)
  • la conférence elle-même :
    • faire parler le beau parleur
    • être un max pour la photo
    • remettre le texte que les journalistes utiliseront en oubliant le beau parleur… :slight_smile:

J’ai les mails sur Quimper du PS, Modem, LCR, UMP et des écolos… à qui je peux envoyer le Pacte

Marcelle Ramonet;UMP;http://www.ramonet2008.com/;contact@quimper-enavanttoute.com;Quimper en avant toute;8/10 place de la Tourbie 29000 Quimper Bernard Poignant;PS;http://www.bernardpoignant2008.fr/;fede29@parti-socialiste.fr;La gauche rassemblée à Quimper;26b rue Aristide Briand 29000 Quimper Cedex Isabelle Le Bal;MODEM;http://www.isabellelebal.fr/;contactmodem@voila.fr;Quimper nouvelles énergies;24 rue du Frout 29000 QUIMPER Janine Carrasco;LCR;http://www.lcr-rouge.org;lcr.finisteresud@wanadoo.fr;À gauche toute;LCR Finistère sud BP 1555 29150 QUIMPER CEDEX Daniel Le Bigot; VERTS;http://www.kemperlecologieagauche.net/;municipales@kemperlecologieagauche.net;Kemper l'Écologie à Gauche; 14 rue des Réguaires 29000 Quimper
Reste à recenser les listes se présentant à Ergué-Gabéric, Guengat, Plogonnec, Plomelin, Plonéis et Pluguffan et si nous sommes nombreux (au moins trois :cool: ) contacter la presse

Je te confirme mon accord René et s’il y a des personnes d’autres villes (moi c’est le pays de Lorient) ils peuvent passer l’info en Régionales (j’ai pas mal d’accointances avec OF).

Comme convenu par email René, je te confirme également mon accord
A plus

Je me propose d’envoyer le courrier ci-dessous aux candidat(e)s
Qu’en pensez-vous

Collectif de promotion et de défense du logiciel libre sur le Pays de Quimper

à

xxxxxxxxxxxxx
yyyyyyyyyyyyy

Le 9 mars prochain, vous vous présenterez aux suffrages devant les citoyens de la ville de Quimper.

Nous avons souhaité relayer l’initiative de l’APRIL - Candidats.fr - visant à encourager les candidats aux élections municipales et cantonales à signer Le Pacte du Logiciel Libre.

Les logiciels libres, par opposition aux logiciels dits «propriétaires», sont des logiciels que chacun est libre d’utiliser, de copier, et de modifier pour les adapter à ses besoins. Ils sont diffusés avec leur code source et sont réalisés collaborativement, à l’aide des technologies Internet par des particuliers, des entreprises, des ONG, des administrations. Ils sont utilisés par des millions d’utilisateurs de par le monde.

A titre d’exemple, l’assemblée nationale a migré ses postes clients vers du logiciel libre, des administrations de l’état utilisent aussi des Logiciels Libres comme l’Équipement ou la Gendarmerie française

Mais de nombreuses menaces pèsent actuellement sur l’avenir du Logiciel Libre. Vous pourrez trouver plus de détails sur ces menaces en vous rendant sur :
http://candidats.fr/documents/Logiciel_Libre_Les_Menaces.pdf

Le Pacte du Logiciel Libre s’inscrit dans une double démarche citoyenne :
* informer les candidats sur le logiciel libre et ses enjeux afin d’établir un dialogue sur ce sujet entre les citoyens et les personnalités politiques
* sur la base de ce dialogue, demander aux candidats de prendre des engagements simples en faveur du logiciel libre.

Vous pourrez consulter le texte de ce pacte sur :
http://www.april.org/actions/le-pacte-du-logiciel-libre/Le_Pacte_Du_Logiciel_Libre_Elus_Locaux.html

Ci-joint vous trouverez la version à imprimer et à renvoyer à : Association APRIL 15 avenue de l’Agent Sarre 92700 Colombes

Nous vous remercions d’avance de nous tenir au courant de votre avis sur cette initiative à laquelle nous attachons une importance toute particulière.

Vous remerciant par avance pour l’intérêt que vous voudrez bien porter à cette requête, nous vous prions de recevoir, Mxxxxxxx, nos respectueuses salutations

le terme “défense des logiciels libres” me dérange un peu… mais ce ne sont que des mots, et qu’un détail ;c) j’aurais à la limite fait une inflexion supplémentaire sur l’aspect “local” des LL. en effet, comme je l’ai inscrit dans un autre post, préférer du libre, c’est préférer le local :

  • social
  • économique
  • technologique

bref, excellente initiative René !

C’est vrai le terme de défense est négatif mais c’est le slogan d’APRIL. Ceci dit c’est pas parce que c’est leur slogan qu’il faut le reprendre, c’est comme le logiciel libre on peut aussi améliorer le discours. Par exemple moi je mettrai disons développement à la place de défense mais ce n’est qu’un avis. Ce lien à propos de la gendarmerie est peut-être pertinent à rajouter : http://www.lexpress.fr/info/economie/infojour/infos.asp?id=141908
Sinon il serait peut-être opportun de joindre les annexes au courrier car c’est loin d’être certain qu’ils aillent visiter les liens surtout s’ils n’existent que sur papier. Ils ont aussi pour la plupart une adresse courriel donc peut-être doubler l’envoi papier par un envoi courriel.
voila…

Pour répondre à Beta : nous pourrions ajouter quelque chose que j’ai déjà présenté ici

Le logiciel libre n’est pas gratuit, mais il est une autre manière de payer. Au lieu d’une économie de rente, l’économie du logiciel libre est une économie de valeur ajoutée. C’est sur le service, l’intégration, que se déplace la création de valeur, et l'emploi local ne peut dans ce cas qu'en bénéficier.
Pour répondre à Arto : oui je préfère rester dans le cadre proposé par APRIL car les journées ne font que 24 heures et le 9 mars c'est dans pas longtemps alors... :) Pour les annexes, je préfère mettre uniquement en pièce jointe le document à signer. Pour être en campagne électorale moi-même je peux dire que le temps des candidats est compté et qu'il faut simplifier au maximum pour avoir une petite chance d'être compris

Du courrier de Alix Cazenave - Chargée de mission pour l’April - je retiendrai pour l’ajouter au courrier à envoyer

Pour les collectivités elles-mêmes, ce sont des enjeux d'indépendance technologique, de maitrise de son système d'information, mais aussi - et surtout - une question de pérennité des données au travers de l'utilisation de standards ouverts. C'est une question essentielle pour des données aussi importantes et aussi durables que les registres d'état civil, par exemple, qui sont tenus par les mairies.

René, je ne suis pas d’accord quand tu dis que le Logiciel Libre n’est pas gratuit…ça fait maintenant 3 ou 4 ans que je suis sous Ubuntu et le double d’année que je suis sous Linux et je ne me rappelle pas avoir payer une seule distribution, au moins pour Ubuntu (il est vrai qu’au début j’ai acheté quelque version de mandrake powerpack pensant que c’était la seule alternative).

Raconter que le logiciel libre n’est pas gratuit est, je pense, une erreur grossière. Oui, de plus en plus de société informatique se servent du LL pour créer et ensuite vendre. Mais l’utilisateur lambda n’a strictement rien à débourser pour s’équiper en LL lorqu’il sait lui même choisir la distribution adéquate.

Je ne pense pas également que les écoles vont devoir payer pour s’équiper en LL. Et là est, vais je osais le dire, l’une des missions des Gul comme le notre qui sera d’installer, configurer, et expliquer le LL aux plus jeunes…sa philosophie basé sur l’humain et tout ce qui en découle…faire de cette jeunesse des citoyens responsables qui auront à coeur plus tard de respecter enfin cette planète.

En gros, il ne faut pas ramener le Logiciel Libre à l’argent et sa philosophie basée sur les rapports de force.

Bonjour,

Je voudrais réagir à cet aspect “gratuit” du logiciel libre. Je pense qu’on pourrait dire que le logiciel libre “n’est pas forcément gratuit”, plutôt que “n’est pas gratuit”.
En effet, en théorie, les logiciels libres sont gratuits, n’importe qui peut les télécharger et les utiliser sans rien payer. Mais pour des utilisations stratégiques, une société ou un organisme publique, en l’occurrence, ne peut pas forcément se permettre de prendre le risque de découvrir un bug et de rester impuissant devant ce blocage. Ces entités ont donc généralement intérêt à prendre un contrat de support avec ce logiciel, contrat qui lui est payant. A moins d’avoir de bonnes compétences sur le logiciel au sein de la société, et de gérer les problèmes en interne, puisque le code est ouvert.

Je pense que c’est dans ce sens, qu’on peut dire que le logiciel libre n’est pas forcément gratuit.
Cela dit, libre à chacun de payer ou non, selon l’utilisation qu’il en a, et le risque qu’il peut prendre.

Marine

-erreur de post-

(...) Je pense que c'est dans ce sens, qu'on peut dire que le logiciel libre n'est pas forcément gratuit. Cela dit, libre à chacun de payer ou non, selon l'utilisation qu'il en a, et le risque qu'il peut prendre.
salut Marine,

c’est une remarque intéressante mais « contradictable » : un logiciel peut être libre et indisponible sur le net par exemple. La GPL (pour ne citer qu’elle) spécifie bien que pour qu’un logiciel soit libre il faut (je résume) :

  • fournir le code source avec l’exécutable en cas de distribution d’exécutable
  • que ce code soit sous licence GNU GPL

Mais cette licence n’oblige en rien à publier pour le grand public le code de son application. Ainsi une application peut être libre, mais introuvable. N’importe quelle société à droit de faire ca et de revendiquer faire du libre. Cela dit, ça ne tient qu’au client de publier le code source du logiciel acheté…

bref, le débat en vaut le détour, mais cela vaut-il la peine de creuser autant dans les recoins pour nos chers et potentiels futurs élus ?

Je pense également que dans la lettre envoyée aux différents partis politiques, il va falloir aborder la dimension écologique du LL. Bien sur il faut de l’électricité et tout ce qui s’en suit pour faire tourner nos bécanes, des usines pour leur construction, des moyens de transport…

non, je parle d’écologie à propos du LL dans le sens où une distribution Linux appropriée peut “ramener à la vie” de très vieux ordis que l’on jugé obsolète auparavant, C’est un cas concret de décroissance, idée que les mouvements politiques altermondialistes tentent de véhiculer de nos jours.

c'est une remarque intéressante mais "contradictable" : un logiciel peut être libre et indisponible sur le net par exemple. La GPL (pour ne citer qu'elle) spécifie bien que pour qu'un logiciel soit libre il faut (je résume) : - fournir le code source avec l'exécutable en cas de distribution d'exécutable - que ce code soit sous licence GNU GPL

Mais cette licence n’oblige en rien à publier pour le grand public le code de son application. Ainsi une application peut être libre, mais introuvable. N’importe quelle société à droit de faire ca et de revendiquer faire du libre. Cela dit, ça ne tient qu’au client de publier le code source du logiciel acheté…


En même temps, quel est l’intérêt pour un auteur de logiciel libre de le rendre « introuvable » ??? Dans ce cas il n’a pas à s’emm… à mettre son logiciel en licence libre, il l’utilise tout seul point.

Mais si un logiciel est libre (donc a priori susceptible d’être massivement diffusé), il est bien indiqué que n’importe qui possédant une copie du logiciel doit être en mesure de mettre la main sans entrave sur l’intégralité du code source. Donc (pour le cas de programmes compilés) soit le code source est livré avec l’exécutable, ce qui est rare (on pourrait en parler), soit l’exécutable contient un lien facile d’accès qui permet d’obtenir le code source, intégral et d’une version égale à celle de la copie du programme.

Donc, sans jouer avec les mots, la licence GNU GPL oblige l’auteur d’un LL (et tous ses « modificateurs ») à publier son code source, c’est-à-dire le rendre disponible à tout instant, intégralement, à quiconque aurait un exemplaire du logiciel. C’est même un des piliers du LL, puisque c’est ce qui garantit les libertés (modif, amélioration, savoir comment le logiciel est fait, …).

En théorie, oui on pourrait le faire sans publication du code sur le net. Mais dans la pratique, je vois mal un auteur de LL indiquer une adresse postale ou un numéro de téléphone, et faire du publipostage de code source toute la journée pour fournir le source, remettre à jour les modifs d’autres personnes, etc.

Voilà sur ce je vous laisse.

En même temps, quel est l'intérêt pour un auteur de logiciel libre de le rendre "introuvable" ??? Dans ce cas il n'a pas à s'emm... à mettre son logiciel en licence libre, il l'utilise tout seul point.
Ça lui permet d'utiliser d'autres LL et de vendre une prestation d'installation, modification, etc... auprès d'un client

Mais dans ce cas il doit bien le diffuser tôt ou tard… Ne serait-ce que pour que ledit client utilise le logiciel…

As-tu des exemples de LL qui soient rigoureusement introuvables ?

Mais dans ce cas il doit bien le diffuser tôt ou tard... Ne serait-ce que pour que ledit client utilise le logiciel... As-tu des exemples de LL qui soient rigoureusement introuvables ?
Ben non puisqu'ils sont introuvables :) Le client aura le produit mais sera peut-être le premier à garder le secret si ce produit le place en meilleure posture par rapport à la concurrence