Linux Quimper

Création d'un Chaton à Quimper

Bonjour,

Il y a quelques années nous avions discuté d’étendre nos services à Internet. Aujourd’hui, la roue est relancée suite à une rencontre avec la mairie de Quimper, lors de laquelle l’initiative Chatons de Framasoft a été évoquée.

Cette rencontre a permis de revenir sur plusieurs aspects du travail du collectif linuxquimper, entre la redistribution et les install-party, ainsi que du soutien apporté par le Centre des abeilles (merci à René et Brigitte de s’être chargé de ce rendez-vous).

Suite à cette rencontre, un rapide brain storming a eu lieu en visio. En sont ressortis plusieurs points de convergences :

  • Un souhait de construire un Chatons avec les motivations potentielles (exit les services exotiques ou peu connus des techs dans un premier temps)
  • Un possibilité d’ouvrir les services suivant une charte évolutive (aux assos, au public…)
  • Une liste de services a minima (nextcloud, mail, vpn, pad)
  • La non création de structure administrative pour la gestion de ce Chatons
  • Une location dans un premier temps chez un prestataire (car nous n’avons pas les moyens - coût/humain - de faire de housing ou de l’auto-hébergement)
  • Une participation bénévole, en argent et en temps, pour la mise en place, le suivi et l’amélioration des services
  • Un apport bénévole pour la sécurité des données (backups)

Source du brainstorming : Etherpad Timeslider (chez un Chatons copain)

Nous cherchons aujourd’hui plusieurs choses :

  • À quelle échelle souhaitez vous vous investir par mois (prix, temps, capacité…)
  • À quelle échelle avez-vous une attente des services (type de services, qualité, prix…)
  • Pour quel public êtes vous prêts à ouvrir ces services que vous utiliseriez ?

Cela fixera le départ de la location serveur pour débuter ce projet. Je suis prêt à porter à mon nom cette location.
Note : on parle d’un serveur (+IP) entre 50 et 80€/mois.

Ce qu’il en ressort aujourd’hui est un intérêt pour certains services (une participation pourrait résoudre le problème). D’autres services pourrait être proposés, de base ouverts à tous et sans inscription (pad, pastebin, partage de fichiers…)

À cela, je propose que plusieurs chartes soient rédigées pour l’utilisation des services suivant si l’on est identifié ou non, avant de les ouvrir au public (afin de pouvoir les fermer ou les retreindre sans ambiguïté).

Fanch

2 J'aimes

Merci Fanch
• Quels sont mes attentes ? Pas d’attentes personnelles ni associatifs (Penn Ar Web, La liberté de l’esprit) Je n’ai pas envie de transférer les abonnements OVH que je gère, sur un chatons à l’avenir incertain. Idem pour Penn Ar Web qui est chez Infini
• Investissements possibles de ma part : qq €/mois et qq heures/mois
• Ouverture à d’autres : difficile pour moi de le conseiller à d’autres si ce chatons reste lié au aléas d’une structure informelle

La relance de cette idée de Chatons (Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires) localisé dans la région quimpéroise fait suite à notre rencontre avec l’adjointe au numérique de Quimper, Nabila Prigent. Nous savions que dans la nouvelle équipe de la maire de Quimper et présidente de QBO, Isabelle Assih, des élu·e·s connaissaient ce collectif des Chatons et étaient favorables à la création d’un tel service en ligne libre, éthique et décentralisé à Quimper (voir vidéo). Nous avions donc demandé à Nabila Prigent si la ville de Quimper ou QBO pouvait soutenir la mise en place d’un Chatons. Elle nous a bien précisé que tout soutien en particulier financier de la part de la ville ou QBO se ferait à partir d’un projet soutenu par une structure associative déclarée. Que nous passions par une phase intermédiaire et informelle, pourquoi pas, mais si nous restons avec ce genre de structure nous ne pourrons pas avoir le soutien de la ville de Quimper ni de QBO. Avoir Quimper et QBO comme soutien de ce projet n’est pas une nécessité, financière en autres mais permet d’impliquer des collectivités et de démultiplier l’impact de notre lutte contre les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft)

Je ne comprends pas. Quel serait le lien entre la création d’une structure formelle et le maintien de la motivation des bénévoles à faire fonctionner le système ?

De ma réponse il faut surtout retenir
"permet d’impliquer des collectivités et de démultiplier l’impact de notre lutte contre les GAFAM"

Sinon pour te répondre @vincent , il s’agit d’un choix tout à fait personnel et subjectif.

J’ajoute que de mon point de vue, visant les associations, les individus, les auto-entrepreneurs et les entreprises de ESS, je crois que ce projet pourrait occuper à terme un emploi à temps partiel ou complet. Les emplois bénévoles c’est bien mais lorsque un emploi stable peut-être créé il ne faut pas s’en priver :slightly_smiling_face:
Cet emploi viserait la gestion du ou des serveurs mais aussi la formation à l’utilisation des outils car combien de personnes, d’associations, etc… sont perdus en informatique surtout s’il faut se connecter à un serveur

@ReunigKozh, Vu le public visé, il faudrait plutôt créer une société qu’une association loi 1901 à l’avenir incertaine non ? :face_with_raised_eyebrow:

Que dites vous de monter d’abord quelque chose sans structure entre nous / à portée limitée ?
Puis voir dans quelques mois pour reparler des possibilités à basculer en asso 1901 suivant les survivants ? Quitte à ce que 2 « structures » cohabitent comme c’est le cas entre le centre des abeilles et LinuxQuimper.

3 J'aimes

@Fanch je vois comment entrer en bourse :grinning:
D’accord, c’est tout à fait ça. Un projet informel et si ça tient la route on élargit :muscle:

Ce message a été signalé par la communauté et est temporairement masqué.