Linux Quimper

Fin l’internet indépendant ?


(l'homme réparé) #1

(Fanch) #2

Le chiffrement en France n’a été autorisé qu’en 1996 et encore qu’avec des clés de 128 bits (on en 2048 bits recommandé aujourd’hui). Je cite :

car il était considéré comme une arme de guerre de deuxième catégorie

Je ne parviens pas à trouver quel degré de chiffrement nous avons le droit (bout en bout sans backdoor). Je reste persuadé que c’est écrit dans une loi à con… Je ne trouve pas… Suis-je hors la loi ? Moi utilisant gpg avec des clés rsa de 4096 bits ?


(vincent) #3

Bonne question ! Ça fait un bon exercice de lecture…
J’ai trouvé ce texte ; si je comprends bien, sont désignés en annexes les moyens de chiffrement “autorisés” (càd utilisables sur le territoire sans déclaration ou demande préalable à l’ANSSI).


(piero) #4

Il ne me semble pas, mais je n’ai pas trouvé de texte clair, à part :

L’utilisation d’un moyen de cryptologie est libre. Il n’y a aucune démarche à accomplir.
Contrôle réglementaire sur la cryptographie | Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information

Les mais sont plutôt chez le fournisseurs de logiciels et sur l’obligation de fournir la clef sur demande de l’État.


(Otyugh) #5

Suis-je hors la loi ? Moi utilisant gpg avec des clés rsa de 4096
bits ?

Je vois bien un policier, une matraque à la main, dans chaque fac de
math qui interdit formellement des valeurs élevées dans certains
algorithmes parce que ce sont potentiellement des armes de guerre :smiley:

C’est beau de vivre au XXIème ^^’


(Michel) #6

On s’aperçoit que plus ça change, plus c’est pareil. :stuck_out_tongue: