Linux Quimper

Formation Culture numérique et Fablab

Culture numérique et Fablab - modules de formation professionnelle

L’association Les portes logiques, basée à Quimper, travaille à l’émergence d’une culture commune des outils numériques afin de les rendre accessible à toutes et tous.

Pour aller dans ce sens, et créer à Quimper, et plus largement en Finistère une dynamique autour du sujet, nous vous proposons 3 modules de formation professionnelle avec l’association Ping .

  • LUNDI 23 MARS 2020 - Explorer la culture numérique et ses enjeux

  • MARDI 24 MARS 2020 - Explorer l’écosystème Fablab

  • MERCREDI 25 MARS 2020 - Développer et outiller son approche critique de la culture numérique

Animés par Maëlle Vimont, chargée de projet et de développement pédagogiques et Julien Bellanger, chargée de projet et de développement, ces 3 formations s’adressent à toute personne intéressée par les thématiques abordées, et plus particulièrement aux personnes en voie de professionnalisation ou professionnel·le·s issus des secteurs artistique et culturel, de l’éducation, de la médiation numérique, des tiers-lieux, des fablabs, de l’économie sociale et solidaire, de l’artisanat, du design, ainsi que du secteur public.

Il est possible de suivre les 3 jours ou de choisir à la carte la journée qui vous intéresse.

Les journées de formations auront lieu à la Pépinière des Innovations à Creac’h Gwen - Quimper.

N’hésitez à faire tourner dans votre réseau.
Si vous avez des questions, Maëlle Vimont est joignable au 02 40 16 86 78 - formation@pingbase.net.

je mets le lien vers le document du programme détaillé (attention, il se détruira au bout de 7 jours)
drop.infini

2 J'aimes

Si ça n’avait été que le contenu de ce message, j’aurai essayé de m’inviter, mais à lire le PDF, j’ai pris très peur.

Ce que je m’imagine de la formation à partir de ce que j’ai lu :

  • On aborde rien de concret (sérieusement. La troisième journée je sais pas ce qu’y se fait)
  • On apprenne un tas de vocabulaire plus ou moins malavisé (il y a pas un seul GNU sur dix pages, le seul nom de logiciel que j’ai vu est « zotero » et sauf pour faire sa thèse, je vois pas trop. Y a le terme « open source » alors qu’amah, le terme « libre » suffisait)
  • On reparte avec un de leurs « badges bizarres » qui sert à rien mais qui fait très « 2.0 »

Mhm, j’ai l’air de chipoter mais. Faut le lire pour le croire. Au pif un extrait commenté par ma stupéfaction. Dans cette formation on va apprendre à :

Méthodes de veille concurrentielle et de recherche­action

…D’accord. Mais qu’est-ce que ça veut dire ?!

Identification d’initiatives, actions, ressources actives et partagées, issues des
champs de la médiation numérique, de l’éducation populaire, des pédagogies
critiques, des pratiques artistiques et culturelles

Je traduis ça par « reconnaître des trucs » (et perso, ça me parle moyen).

Identifier et mobiliser des outils, des méthodes et des ressources permettant d’’organiser et d’alimenter une veille thématique dans le cadre des pratiques numériques et professionnelles des stagiaires

Je crois qu’ils veulent dire « suivre des flux d’actualité (RSS/Atom) pour se tenir courant sur un sujet » c’est plus court et en plus ça veut dire quelque chose.

Structuration d’un algorithme et mise en forme dans un environnement de programmation simple

De manière honnête on dit « faire un Hello World ».

Les principes et les risques d’une gestion de nos sociétés par les algorithmes

Je sais « qu’algorithme » ça fait classe… Mais depuis le TEMPS qu’on dit que le problème c’est pas les programmes mes les gens en monopole qui sont derrière. Mettre la focale sur la soi-disant technique et pas la politique, ça fait pas sérieux. C’est le thème de la formation quand même.


Bref. J’ai un mauvais à priori. é_è
Il n’empêche que je serai intéressé de voir si mes craintes sont infondées et si c’est juste « le maquetiste qui a dû remplir les pages tout seul sans connaître le contenu des formations ».

2 J'aimes

Au vu des 13 pages, et de la jargonophasie du début, je retarde la lecture ; on croirait le jargon de la haute hiérarchie de l’Éducation nationale…
Il y a aussi ces passages en gras, innombrables, qui découragent la lecture, il y en a trop. Comment prêter attention à la moitié du texte, et pas à l’autre ?

Bon, je vais tout de même faire l’effort de lire cette punition, pour savoir qu’en penser.

Hello Michel, hello Otyugh

Je trouve vos critiques bien sévères.
Je connais l’équipe de ping et ce sont des personnes qui connaissent bien leur sujet : la médiation numérique
En 15 ans ils ont participé assez largement à diffuser et partager une culture numérique libre.
Par exemple en faisant découvrir les licences libres et en épluchant attentivement des questions juridiques sur le matériel, la documentation, cf. CLibre
En travaillant sur les « fablabs » et autres déclinaisons de ces ateliers de fabrication, aujourd’hui ils en font fonctionner deux à Nantes :

Et en organisant depuis 10 ans divers rassemblements qui ont contribué à faire émerger une réflexion collective et des échanges sur cette idée de fablab en France.

Et ce ne sont que quelques exemples, donc à mon sens, ils ont une expérience bien réelle à partager sur les questions de médiation à la culture numérique qui profitera à celles et ceux que ça peut intéresser comme domaine professionnel.

Salut emoc,

Relis-nous bien : nous ne connaissions pas (tout au moins, moi) ces gens, et notre critique portait sur des éléments langagiers pour lesquels j’ai été clair, non sur le fond du texte ou la pratique, que nous ne connaissions pas non plus.
Nantes n’est pas si loin, mais nécessite au moins une nuit d’hôtel pour participer ; de plus le tarif à 330 € la journée est un peu dissuasif pour un retraité (moi) sans « prise en charge » de la dépense.
En résumé :

  • ça concerne des gens en activité professionnelle ;
  • au fil des décennies j’ai fini par me méfier de certaines phraséologies idéologiques, politiques, commerciales et autres.

« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement. » Boileau

Salut Michel,

J’ai bien compris que c’était la forme de prose qui vous chagrinait, mais c’est plutôt sur le fond du sujet que j’essaie d’attirer votre attention.

Et je t’invite aussi à relire le premier message relayé par lareinedeselfes

  • la formation à lieu à Quimper
  • il s’agit d’une formation professionnelle, comme défini dans le code du travail (cad. prise en charge financièrement, sur le temps de travail salarié, etc.)

« La critique est aisée et l’art est difficile » Néricault

1 J'aime

Ben pareil, je suis juste profondément choqué par le bullshit dans le domaine « social », « humain », « éthique », « solidaire » ; d’autant plus connaissant la facilité que tout ça a à tomber dans l’hypocrisie dès qu’on y adjoint « nécessité de rentabilité » (déjà qu’on peut y tomber sans).

Je dis pas que ce qui doit être rentable est forcément bancal, mais… Si je vois une couche de verni « bullshit », ça me fout les miquettes. Pourquoi quelqu’un « comme moi » qui suis « convaincu d’avance » et devant être bien familier avec le truc, ne comprend rien des énoncés qui sont pourtant prétendus être « ouvert à tous » ? Moi ça me choque. Quel était l’objectif ?

Les mecs ils mettent en avant leur côté éducation populaire quoi.

Il sont ptéte bons mais je leur mets pas une bonne note sur leur flyer é_è