Mandriva se dit sauvé de la faillite

[large]Mandriva sauvé par des investisseurs[/large] 22 juin 2010

Après des semaines de rumeurs de rachat qui avaient mis sous pression les utilisateurs et les salariés du groupe, Mandriva devrait finalement recevoir le soutien d’investisseurs qui l’aideront à financer son avenir. Sauvant in extremis la distribution Linux française la plus populaire.

La fin du calvaire de Mandriva. L’éditeur français de distribution Linux semble aujourd’hui sauvé selon son tout nouveau directeur général, Arnaud Laprévote. La société était sous la menace d’une liquidation judiciaire et surtout le fruit de rumeurs qui courraient depuis plusieurs semaines sur l’état catastrophique de ses finances.

“Ce jour, la société a trouvé des investisseurs qui ont décidé d’investir dans la société, afin de remettre le groupe à l’équilibre et trouver un bon modèle économique", nous a expliqué Arnaud Laprévote lors d’un entretien, et d’ajouter “que les inquiétudes de la communauté et des utilisateurs n’ont plus lieu d’être”. Reste que le DG - soumis aux règles de confidentialité - n’a pas précisé l’identité des investisseurs.

En mai dernier, une fuite sur les forums de la société révélait d’importants problèmes de trésorerie ainsi que l’existence d’un plan de revente. Parmi les acquéreurs potentiels, LightApp d’abord, mais surtout Linagora, une société clé du libre en France dirigée par Alexandre Zapolsky, qui dans communiqué de presse a confirmé être en pourparlers avec Mandriva autour d’une forme d’acquisition.

L’idée d’une fondation écartée ?

Le 14 juin, Frédéric Cuif, l’un des fondateurs de l’association des utilisateurs francophones de Mandriva Linux, avait de son côté publié sur son blog un billet évoquant d’autres plans de rachat ou de restructuration. Outre celui de Linagora - qui apparait dans le billet un peu plus détaillé -, on y apprenait également l’existence d’un projet de fondation émanant de la société Wallix (éditeur français spécialisé dans la sécurité Open Source), accompagné de François Bancilhon et de Stanislas Bois, deux anciens Pdg du Mandriva.

Des projets désormais conjugués au passé. Arnaud Laprévote explique en effet que si “nous avions conscience que l’existence de Mandriva était menacée, ce n’est aujourd’hui plus le cas”.

Il faut dire que les utilisateurs Mandriva sont montés au créneau en fin de semaine dernière. Le 18 juin, très ironiquement, l’Association des utilisateurs francophones de Mandriva Linux avait sommé la direction de l’éditeur Linux français de prendre une position claire quant à l’avenir de la distribution. Un appel du cœur pour des utilisateurs inquiets qui considéraient, visiblement avec stupéfaction, la descente aux enfers de leur éditeur fétiche.

Les utilisateurs mobilisés

Dans un billet titré “Mandriva et la pérennité de Mandriva Linux”, ils demandaient “de nouveau à la direction de Mandriva de se positionner” et “de présenter les projets de continuation possibles”, ainsi que “de préciser une position officielle de la société Mandriva sur les projets en cours identifiés avec les sociétés : Wallix, Ieurope (idoo.fr), LightApp et Linagora (voire autres)”, faisant ainsi référence aux rumeurs de reprise du groupe par un tiers. Entre temps, des salariés du groupe prétendaient sur Twitter ne pas avoir été payés depuis plusieurs mois. Bref un climat ultra-tendu qui devrait se relâcher un peu dans les semaines à venir, si les promesses d’Arnaud Laprévote se concrétisent.

Rassurant, ce dernier estime qu’il “faut aujourd’hui que Mandriva se réinvente”, et se tourner vers l’avenir. “Nous avons décelé de nouvelles opportunités sur le desktop ainsi que sur les serveurs”. Tout en comptant “se renforcer sur des marchés existants, comme l’Education”.

Mandriva édite une distribution Linux pour le desktop, ainsi qu’une édition serveur (Entreprise Server). Il commercialise également sur le segment professionnel des outils d’administration, comme Pulse, et de gestion des identités (MDS).

Arnaud Laprévote a pris le poste de directeur général de Mandriva le 9 avril dernier.


Soutien aux salariés de Mandriva ! 18 juin 2010
Nous, utilisateurs heureux de notre distribution Linux préférée depuis plus de 10 ans, ne pouvons pas rester insensibles à la situation actuelle de la société Mandriva.

D’une part, nous l’avons souvent évoqué, une direction et une succession de CEO, qui n’ont pas su trouver un business modèle à la Red Hat ou Suse, en ne gagnant quasiment aucun marché publique, aucune pré-installation chez un grand constructeur type Dell contrairement à Ubuntu.

D’autre part, l’ensemble des salariés de Mandriva (et la communauté des utilisateurs), qui au travers de leur travail et de leur investissement, ont fait de cette distribution, l’une des meilleures du marché.

Quelles que soient les solutions de rachat envisagées aujourd’hui, notamment par Linagora, en tant qu’utilisateur, client PowerPack et soutien de Mandriva depuis de longues années, je demande à ce que les tractations en cours soient faites dans le plus grand respect des salariés de Mandriva.

Ils ne doivent pas payer les pots cassés des stratégies boiteuses de leurs directions / CEOs successifs. La distribution a une histoire, un passé brillant, et elle a essuyé une stratégie floue et hasardeuse.

Nous utilisateurs et contributeur, avons le devoir et la légitimité, dans ces moments difficiles, de soutenir les salariés Mandriva, en rappelant que la communauté tient à leur sauvegarde dans tous les scénarios de rachat.

Car quel que soit le futur acquéreur, il bénéficie également du travail de la communauté, et il se doit donc de la respecter, pour que nous continuions avec lui.

Et je ne continuerais pas dans cette communauté Linux, si le rachat de l’entreprise se solde par un seul salarié en moins !

Nous devons inonder les forums, les blogs, le site de Linagora et autres, pour ne pas laisser mourir, ceux qui font de notre quotidien informatique un vrai moment de bonheur.

Vive Mandriva ! Vive la république ! Vive la France !

J’ai longtemps été sous Mandrake, puis Mandriva ; j’ai opté pour Ubuntu pour diverses raisons, sont l’utilisation quasi exclusive de distributions de type Debian chez Finix puis Linux Quimper, pour cause de proximité des copains informaticiens.
Mandriva n’a jamais su --ou pu-- avoir un site Internet correct, qui a toujours été incroyablement brouillon et compliqué ; les recherches aboutissaient invariablement sur la partie purement commerciale ; l’aide était majoritairement en anglais, et bien pauvre ; il fallait chercher sur tout l’Internet pour trouver des bribes de réponse, pas de forum bien fourni, etc.
Exactement le contraire avec Ubuntu. J’ai même trouvé une fois, quasi immédiatement (il y a maintenant quelques années), une réponse à un problème personnel tordu sur le forum Ubuntu, et en français.

Des regrets ? Oui et non… L’époque a changé, les distributions ont évolué, je suis passé de Mandriva-Kde à Kubuntu, puis à Ubuntu-Gnome, ayant trouvé insupportable la version 4 de Kde à son origine.
Ce qui me dérange vraiment, c’est le passage de droite à gauche des trois cases de contrôle des fenêtres dans la distribution Ubuntu 10.04, et je me demande pourquoi cette décision anti-ergonomique, à l’inverse de systèmes d’utilisation obligatoire au travail…

J'ai longtemps été sous Mandrake, puis Mandriva ; j'ai opté pour Ubuntu pour diverses raisons, sont l'utilisation quasi exclusive de distributions de type Debian chez Finix puis Linux Quimper, pour cause de proximité des copains informaticiens.
Tu vas te mettre à dos un bon nombre de membres éminents de Linux Quimper qui ne sont et n'ont jamais été sous Ubuntu
Mandriva n'a jamais su --ou pu-- avoir un site Internet correct, qui a toujours été incroyablement brouillon et compliqué ; les recherches aboutissaient invariablement sur la partie purement commerciale ; l'aide était majoritairement en anglais, et bien pauvre ; il fallait chercher sur tout l'Internet pour trouver des bribes de réponse, pas de forum bien fourni, etc. Exactement le contraire avec Ubuntu. J'ai même trouvé une fois, quasi immédiatement (il y a maintenant quelques années), une réponse à un problème personnel tordu sur le forum Ubuntu, et en français.
Pour ma part je suis passé de Mandriva sous Gnome à Ubuntu lorsque chaque fois que je cherchais une aide je tombais chez Ubuntu
Des regrets ? Oui et non... L'époque a changé, les distributions ont évolué, je suis passé de Mandriva-Kde à Kubuntu, puis à Ubuntu-Gnome, ayant trouvé insupportable la version 4 de Kde à son origine. Ce qui me dérange vraiment, c'est le passage de droite à gauche des trois cases de contrôle des fenêtres dans la distribution Ubuntu 10.04, et je me demande pourquoi cette décision anti-ergonomique, à l'inverse de systèmes d'utilisation obligatoire au travail...
Ce n'est pas un problème majeur pour changer cette "Apparence" sinon le passage de droite à gauche est une bonne chose pour la France :lol:

C’est bien que mandriva soit hors de danger, rien que pour la diversité.

[HS]
Cool, je ne connaissais pas gconf-editor. Maintenant, mes boutons de contrôle sont à gauche.
J’ai toujours trouvé ça plus pratique de ce côté là (même si la norme de fait est à droite). :smiley:
[/HS]

— Fred —

Mince, j’y ai cru, mais finalement ils survivent :’(

C'est bien que mandriva soit hors de danger, rien que pour la diversité
Les moyens de Mandriva ne sont pas ceux de M. Shuttleworth pour soutenir Ubuntu, et si je ne regrette pas le passage vers Ubuntu, je suis bien d'accord avec toi. D'ailleurs, il y a bien d'autres "distributions" disponibles, mais la Mandriva est la seule qui soit française, tout au moins principalement.