Microsoft déclare (encore) la guerre au logiciel libre

Sur http://www.itespresso.fr/microsoft-declare-la-guerre-au-logiciel-libre-7375.html Craig Mundie, vice-président de Microsoft, a confirmé officiellement l’opposition ferme de la firme face au modèle open source.

« Le modèle open-source amène à créer des produits instables et présente des risques de sécurité pour ses utilisateurs. Il peut même générer des logiciels incompatibles et, pire, il ne permet pas à une entreprise de construire un modèle économique sain. Tel est en substance le discours qu’a tenu Craig Mundie, vice-président chez Microsoft, à l’University’s Stern School of Business, ce jeudi. Ce n’est pas la première fois que l’éditeur de Windows exprime son (re ?)sentiment vis à vis des logiciels libres. »
Steve Ballmer avait déclaré il y a quelques années que « le le logiciel était le cancer. »

Naturellement, les produits Microsoft sont stables et sans bogue…

La suite de l’article parle du rachat de Corel par Microsoft, achat jamais expliqué. Et Corel serait sur le point de « vouloir » se séparer de Linux.

Pourtant « … nombre d’acteurs du secteur, à commencer par IBM, investissent des millions de dollars dans le développement des technologies Linux. Certes, il faut éviter l’amalgame Linux et open source. Le premier est un système d’exploitation distribué dans les conditions du second. L’open source exige, en résumé, de livrer l’application avec son code source modifiable à volonté. »
Le rédacteur ne semble pas bien maîtriser ce qu’il écrit, mais ce n’est pas trop grave, nous, nous connaissons le problème.

« Pourtant, le géant de Redmond ne peut ignorer plus longtemps le modèle open source systématiquement associé à Linux, système d’exploitation qui séduit de plus en plus d’entreprises pour ses qualités technologiques, l’indépendance qu’il assure vis-à-vis d’un éditeur et, accessoirement, son faible coût à l’acquisition. Bref, un concurrent, pour ne pas dire un danger, pour Microsoft. Si la stratégie en forme d’attaque est donc logique de la part de l’éditeur de Redmond, elle en révèle du même coup la crainte et donc les faiblesses. »

Là, le rédacteur se rachète.
À l’heure où la tablette Microsfot Surface et Windows 8 ne se vendent pas si bien que ça, il est compréhensible que Microsoft soit inquiet…