qui a codé le kernel 2.6.20

via Standblog

[b]Pourquoi il est faux de dire que toute peine mérite salaire[/b]

« Toute peine mérite salaire ! » entend on souvent chez les opposants au logiciel Libre, qui laissent entendre que les contributeurs non-rémunérés se font arnaquer par les organisations qui mènent des projets Libres.

Je pense que ce genre d’affirmation et d’argument méritent d’être contrés. D’une part, et c’est variable suivant les projets, il y a des contributeurs payés par leur employeur pour travailler sur des projets Libres. C’est par exemple le cas de Gandi.net, qui emploie Olivier Meunier en tant que principal développeur de DotClear. Cela leur permet d’offrir Gandi Blog (probablement la meilleure offre payante du marché à mon sens). Mais au départ, qu’est-ce qui a poussé Olivier à faire DotClear ? Il faudrait lui demander, mais je ne pense pas rêveler un secret en disant qu’il voulait un outil de bonne qualité pour publier un blog, et qu’il n’en a trouvé aucun qui correspondait à ses besoins. Sur son temps libre, il a donc commencé à écrire DotClear. Pour lui.

Il en est de même pour ceux qui signalent ou corrigent des bogues dans Firefox : certains le font pour s’amuser, d’autres parce qu’ils ont bien compris que ça permettrait d’avoir un meilleur navigateur à terme. Tous ces gens ont un comportement égoïste, dans le bon sens du terme : ils s’y retrouvent quand ils contribuent. Bien sûr, il n’est pas question d’argent ici. Ils sont en quelque sorte payés « en nature », que ce soit en retirant du plaisir de cette « transaction » qui n’est pas financière, ou en bénéficiant d’un meilleur logiciel.

Bien sûr, de nombreuses entreprises payent des employés pour qu’ils contribuent à un projet Libre. Lire à ce sujet qui a écrit la version 2.6.20 du Kernel Linux ?

Il y a des tas de domaines où des transactions non-marchandes se font dans la vie de tous les jours. Il y a dans le monde rural américain une tradition du Barn Raising, où les paysans d’un village aident à construire une grange pour un nouveau venu, gratuitement, ayant bénéficié de la même faveur par le passé. Cette mutualisation des efforts existe aussi dans le monde en ligne, sous le même nom.

Aussi, si on trolle sur le sujet en lançant que les Libristes sont des escrocs (ou se font escroquer), sous prétexte que « toute peine mérite salaire », alors vous pourrez rétorquer que « charité bien ordonnée commence par soi même » : si quelqu’un participe à un projet Libre, c’est qu’il y trouve son compte, même si c’est sous une forme non-marchande, en tant que plaisir de s’adonner à un passe temps, considération, réputation, fierté d’avoir fait quelque chose d’utile, intérêt d’avoir un logiciel de meilleure qualité, parce que son patron lui a demandé, ou tout simplement parce que c’était la chose juste…


En suivant le lien dans l’article, on tombe entre autres sur ce tableau, que je trouve particulièrement intéressant

un classement sur un an du nombre de ligne du kernel réécrites, en fonction de l’employeur du dev

Top lines changed by employer

(Unknown) 740990 29.5%
Red Hat 361539 14.4%
(None) 239888 9.6%
IBM 200473 8.0%
QLogic 91834 3.7%
Novell 91594 3.6%
Intel 78041 3.1%
MIPS Technologies 58857 2.3%
Nokia 39676 1.6%
SANPeople 36038 1.4%
SteelEye 36021 1.4%
Freescale 35034 1.4%
Linux Foundation 34163 1.4%
MontaVista 30211 1.2%
Simtec 26166 1.0%
Atmel 25975 1.0%
HP 23714 0.9%
SGI 22057 0.9%
Oracle 21251 0.8%
Open Grid Computing 20505 0.8%

ou l’on ne retrouve pas que des grands noms du libre, même si RedHat y contribue plus que largement
IBM, Intel, HP …
Il serait intéressant de suivre l’évolution sur plusieurs années

C’est une “photo” valable depuis assez longtemps je pense.

Et pour bien s’y retrouver jour après jour :

http://mshiltonj.com/software_wars/current/