Surveillance Hadopi coûteuse ... pour les 'ayants-droit'

Le ‹ piratage › de fichiers audio ou vidéo, ou de jeux, ferait perdre des revenus aux ‹ ayants-droit ›, c’est à dire à ceux qui détiennent des droits de propriété ou d’exploitation, ce qui n’est pas la même chose, mais revient au même du point de vue légal.

Dans le but de réduire ce piratage, une Haute Autorité a été créée, dénommée Hadopi.
Il semble que ce but soit partiellement atteint, mais divers tests ou recherches universitaires ou autres sont dubitatifs.
Quant à l’augmentation des revenus des ayants-droit, cela semble moins certain…

Article ici : surveillance Hadopi coûteuse
Je commence par la conclusion de cet article : « Interrogé sur le coût du dispositif de surveillance de TMG supporté par les ayants droits (musique et cinéma), Pascal Nègre a lui estimé qu’il serait supérieur à 3 millions d’euros. Un budget élevé pour des effets difficiles à évaluer.

La facture s’annonce salée pour les ayants droit du cinéma, de la musique et du jeu vidéo. Si les coûts liés à la surveillance des fichiers et à la collecte des IP sont fixes et estimés à plusieurs millions d’euros, le nombre d’avertissements envoyés par la Hadopi est lui incertain.

Les ayants droit commenceraient-ils eux-mêmes à douter de l’efficacité d’Hadopi et du mode de fonctionnement de la Haute autorité chargée de la mise en œuvre de la riposte graduée ? »
Et douter des revenus que cela ‹ devrait › leur rapporter, peut-être ?

Le chemin de l’enfer est connu comme étant pavé des meilleures intentions.

Hadopi suspend la collecte d’adresses IP par TMG qui conteste toute fuite de données
ici : http://www.zdnet.fr/actualites/hadopi-suspend-la-collecte-d-adresses-ip-par-tmg-qui-conteste-toute-fuite-de-donnees-39760843.htm

« Suite à un défaut de sécurisation de Trident Media Guard (TMG), l’Hadopi a décidé de cesser toute connexion avec la société mandatée par les ayant-droits. Deux audits sont à venir : l’un concernant la méthode de collecte des adresses IP et l’autre pour comprendre la faille récemment dévoilée par le blogueur Bluetouff ».

TMG est la société nantaise chargée de collecter les adresses IP (Internet Protocol) des « téléchargeurs illégaux ».

« Voilà en gros ce qu’on trouve de croustillant, il y a tout ce qu’il faut pour comprendre comment TMG procède et même plus :
un exécutable,
un mot de passe en clair dans un fichier de configuration
des « hashing torrent » des oeuvres surveillées pour piéger les internautes partageurs,
les scripts de traitement des logs,
les IP des connectés aux peers etc etc…).
Nous allons donc, de manière responsable, laisser TMG corriger ce qui ressemble quand même vachement à une négligence ultra caractérisée.

Le serveur ne présente strictement aucune protection tout est accessible, à portée de clic, c’est Noël avant l’heure. Encore du grain à moudre pour les parlementaires qui s’inquiétaient qu’une société privée se voie confier une mission de monitoring de population et manipuler des quantités non négligeables de données personnelles sans contrôle sérieux. »

« Autrement dit, il s’agit là d’une mine d’informations privées et d’une véritable caisse à outils pour bien comprendre comment TMG fonctionne. »

« Rappelons que TMG est l’unique société habilitée à collecter les adresses IP des internautes téléchargeant illégalement. Or un gel de cette activité entraînerait un blocage de la machine répressive Hadopi »:smiley:

Au final, on espère :lol: que le but est atteint : une meilleure rémunération :frowning: des véritables créateurs,:stuck_out_tongue: non des « majors » c’est à dire ces énormes sociétés qui, elles, gagnent de l’argent, mais « pas ou plus assez ».:rolleyes:

Mais j’ai un doute. :confused:

Confirmation : la CNIL et l’Hadopi vont vérifier
http://www.20minutes.fr/article/725460/cnil-ouvre-enquete-fuite-donnees-chez-tmg